13 novembre 2007

2007 Semaine 40 — Caresse automnale

Collier automnal avec pierres fines, fourrure et pendentif amovible

Eh bien, voici finalement le premier projet du dernier trimestre de l'année 2007.  Ce trimestre regroupera des thèmes reliés à l'élément de la terre, en plus de proposer des sujets alternatifs lorsque le thème sera plus spécifique à un hémisphère qu'à un autres.  Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un projet international, et quand c'est l'automne ici, l'Australie est au printemps!   Il est possible de consulter la liste des thèmes du 4e trimestre en cliquant ici.

Pour débuter ce dernier trimestre, j'ai choisi le premier des deux thèmes d'automne proposés ayant pour noms Feuillage d'automne et Feuilles mortes. Donc, Feuillage d'automne.

D'ailleurs, il m'est arrivé un petit pépin en cours de réalisation....

Au départ, je comptais faire une paire de boucles d'oreilles avec des feuilles en cuivre et en fil doublé d'or 14K.  Il devait y avoir une feuille de bouleau et une feuille de chêne, accompagnée d'un gland. J'ai fait la feuille de bouleau selon mon modèle habituel et j'ai ensuite réalisé la feuille de chêne, en prenant soin de noter les instructions à chaque étape.  Eh bien, croyez-le ou non, j'ai perdu la saperlipopette de feuille.  Pas la feuille crochetée, mais la feuille de papier avec mon patron! Voilà donc comment une petite feuille qui devait faire un séjour en altitude, presqu'au sommet de ma personne de chasque côté de mon visage, a finalement terminé sa course en pendentif, un peu plus bas, en surplomb d'une blanche et mystérieuse vallée...

Puisque les petites feuilles sont devenues un pendentif, autant leur conférer unPendentif amovible vu de profil avantage qu'elles n'auraient pas eu autrement.  Il est donc amovible et peut être retiré du tour de cou afin d'en faciliter le nettoyage. Je n'avais pas le choix, puisque ce dernier contient un brin de fourrure de castor, symbole canadien par excellence et si agréable soit-elle, cette douce matière ne peut aucunement supporter le nettoyage du cuivre.  Cette lanière de fourrure est donc tressée avec trois autres rangs de billes variées sur fil câblé. J'ai choisi un fil de couleur bronze cuivré que j'ai orné de perles d'eau douce, ambre, cornaline, grenat, oeil de tigre et de verre aventuriné (goldstone).  Finalement, le cinquième rang de la tresse a été crocheté en fil doublé d'or 14K avec des perles et des agates de fantaisie à facettes.

Pendentif en argentium et ses breloques amoviblesFinalement, je me suis fait un petit plaisir et j'ai essayé le collier juste pour en tester la douceur et le confort.  Euh...  Je l'ai encore fait un peu trop petit, et j'ai dû lui ajouter une chaînette de rallonge car je suis certaine que ces dames vont se sentir un peu étranglées par le doux castor au lieu d'en apprécier le confort.  Pauvre petite bête, il ne faudrait pas lui donner une mauvaise réputation!

Visitez mon site web pour voir ma collection complète.

Posté par creationcameleon à 08:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur 2007 Semaine 40 — Caresse automnale

    Très chaleureux mais en europe les activistes anti fourrure serait aux 100 coups de voir un bijou tel que celui ci au cou d'une belle...j'espère que tu retrouveras ta feuille de papier...prendre des notes sur un cahier évite ce genre de mésaventure...

    Posté par Pat de Verre, 15 novembre 2007 à 10:11 | | Répondre
  • Je n'ai pas mis mon commentaire au bon endroit! pas grave, ton filet et sa pêche miraculeuse est très rigolo, tu as toujours des idées incroyables. Bonne fin de semaine et requinque-toi bien

    Posté par Pat de Verre, 15 novembre 2007 à 10:24 | | Répondre
  • Merci Pat!

    Ah oui, la fameuse question des activistes... Il y en a ici aussi, pas juste en Europe et le débat fait toujours rage, d'une côte ou l'autre de l'océan. Il y a également plusieurs volets à ce débat, dont les présumés avantages et désavantages de la fourrures synthétique par rapport à la fourrure naturelle. On peut penser à l'utilisation des dérivés du pétrole et leur impact sur l'environnement lors de la production ainsi qu'à la mise au rencart des produits finis qui sont non biodégradables.

    Ce sont deux écoles de pensées opposées qui ont toutes deux des points positifs et négatifs. L'une n'est ni pire ni mieux que l'autre. Il n'y a pas de gentils ou de méchants, seulement des gens qui pensent différemment. Il s'agit de se situer là où l'on se sent le plus confortable...

    Posté par Caméléon, 04 décembre 2007 à 09:51 | | Répondre
Nouveau commentaire